Histoire
Autres vues

Mai 68, il y a 50 ans... - La Marche de l'Histoire 25

Description rapide

Mai 68 résonne encore de nous jours, et chaque mouvement de grève semble en faire écho. Manifestations, poings en l’air, grève générale… Le mouvement de Mai 1968, à la fois estudiantin, social et politique, a été le révélateur d’une crise de société et, à en juger par son écho aujourd’hui, il a profondément affecté les psychologies et les mœurs des Français. Ce fut, avec le Front populaire de 1936, le plus important mouvement social du XXe siècle.

6,90 €
En stock
Plus d'information
Pays de fabrication France
Référence 10061-HI9 25
Éditeur Diverti Editions
Description du produit

AU SOMMAIRE :

GRAND DOSSIER : IL Y A 50 ANS… MAI 68
50 ans, déjà ! Car Mai 68 nous reste proche, familier. En tout cas, Mai 68 résonne encore de nous jours, et chaque mouvement de grève semble en faire écho. Manifestations, poings en l’air, grève générale… Grande crise d’adolescence ? Le mouvement de Mai 1968, à la fois estudiantin, social et politique, a été le révélateur d’une crise de société et, à en juger par son écho aujourd’hui, il a profondément affecté les psychologies et les mœurs des Français. Ce fut, avec le Front populaire de 1936, le plus important mouvement social du XXe siècle.

ACTUS :
- Antiquité
- Moyen Âge / Moderne
- Histoire contemporaine
- Musées – Expos
- Livres & médias
- Le coin des bédéphiles

LES RUBRIQUES :
- Éclairage : Le roman national, une contre-histoire
- Exposition : Napoléon stratège, une autre facette du génie de l’empereur
- Qui était… Nicolas Flamel ?
- Antiquité : La guerre de Troie, un mythe fondateur occidental
- Une journée pas comme les autres : 6 juin 1944, le jour J
- Secrets d’histoire : Gilles de Rais, seigneur et tueur en série
- Moyen-Âge : La peste en Occident à la fin du Moyen âge
- 5 choses à savoir : Le coq gaulois
- Le face-à-face : Victor Hugo rencontre Napoléon III
- Histoire moderne : La Franc-maçonnerie, au XVIIIe siècle.
- Idées reçues : L’an mille et l’invention de la « grande peur »
- Les ratés de l’histoire : Les emprunts russes, retour sur un échec financier et diplomatique
- Trésors de France : Le château de Blois
- Interview : Les lieux de sociabilité au siècle des Lumières
- De quand ça date ? : Les Shadoks
- Histoires de nos régions : Les Hauts-de-France
- Frédérick Gersal nous raconte : Le jeu de paume, ancêtre du tennis


EDITO

Si Mai 68 correspond certainement au bouleversement sociologique le plus radical qu’ait connu la France du XXe siècle, cette période qui marqua une césure brutale dans les mentalités françaises, a influencé durant de longues décennies de multiples domaines de réflexion. Si ce mois de mai est la première fois que le monde ouvrier manifeste main dans la main avec le monde étudiant, le printemps 1968 est davantage la manifestation d’un « ras le bol générationnel » qu’une véritable révolution au sens politologique du terme. Retour sur un événement finalement assez proche qui, s’il fut magnifié jusqu’à la fin du XXe siècle, n’en finit pas d’être aujourd’hui remis en cause.

Alors que l’Histoire est devenue une science étudiée à l’université, on assiste à une nette résurgence de ce que l’historienne Suzanne Citron qualifiait, en 1987, de « roman national », une vision de l’histoire fictive qui sert un objectif identitaire.

L’alchimie, la quête de la pierre philosophale, de l’élixir de « longue vie », la transformation du plomb en or, autant de fantasmes qui servirent de pierre d’achoppement à de nombreux romans à succès. Pourtant, au Moyen Âge, un certain Nicolas Flamel, écrivain public de son métier, devint si riche que les rumeurs les plus folles firent de lui un grand alchimiste. Analyse d’une légende devenue un mythe.

Si le texte d’Homère relatant la légendaire guerre de Troie est devenu un incontournable toujours étudié au collège, c’est parce qu’il est finalement tout aussi porteur de civilisation que la Bible. À titre d’exemple, on retrouve dans l’archétype médiéval du chevalier chrétien des aspects du guerrier achéen.

Le siècle des Lumières est une période d’une absolue complexité. Comment les idées des philosophes des Lumières ont-elles pu voyager dans le royaume de France ainsi qu’en Europe à une époque où les déplacements étaient lents et hasardeux, nous avons posé la question à Roxane Clavier, agrégée d’Histoire et doctorante en histoire moderne.

Si la franc-maçonnerie est régulièrement présentée comme une société secrète au service de l’humanité, un laboratoire d’idées tourné vers l’humanisme, les premières loges du XVIIIe siècle sont pourtant assez loin de ce qu’elles représentent aujourd’hui. Il s’agissait d’une forme de sociabilité d’Ancien Régime qui, si elle prônait un brassage social, n’était concrètement qu’un « entre-soi » dominé par la noblesse qui ne laissait aucune place à la réflexion politique.

Bonne Lecture, Philippe Ilial, Rédacteur en chef

Vous pourriez également être intéressé par le(s) produit(s) suivant(s)
Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :Mai 68, il y a 50 ans... - La Marche de l'Histoire 25
Note