Histoire
Autres vues

La Commune de Paris - La Marche de l'Histoire hors-série 26

Description rapide

Mars 1871, Paris se soulève. L'insurrection dura 72 jours, jusqu'à la " Semaine sanglante ", du 21 au 28 mai 1871. De l'utopie à la tragédie, ce livre vous explique la vie sous la Commune, une expérience politique inédite, et la chronologie des affrontements, jusqu'au terrible dénouement.

 Pour vous abonner à ce magazine, cliquez ici 

9,90 €
En stock
Plus d’information
Pays de fabrication France
Référence 11860-HI9 HS 26
Éditeur Diverti Editions
Nombre de pages 100
Description du produit

Que nous apprend le drame de la Commune ?

Au sommaire :
LA GUERRE DE 1870
Pour comprendre comment des Français ont pu en venir à se tirer dessus, il faut prendre la mesure du traumatisme que représente la guerre avec la Prusse. La capitale agit alors comme un incubateur grandeur nature de tout ce que la misère, la violence d’un siège et l’orgueil national blessé peuvent engendrer de colère et de révolte.

LA FRANCE CAPITULE, PARIS SE SOULÈVE
Alors que le nouveau régime multiplie les maladresses, il suffira d’un accrochage presque banal pour voir Paris s’ériger en Commune révolutionnaire.

VIVRE SOUS LA COMMUNE INSURECTIONNELLE
De mi-mars à mi-mai, les nouveaux maîtres de Paris s’essaient à une société nouvelle. L’oeuvre accomplie paraît fragile. Cette première tentative de construire un modèle social alternatif, et les réformes adoptées, si elles demeurent limitées, influenceront une nouvelle génération de militants.

LA SEMAINE SANGLANTE ET LE TRIOMPHE DE VERSAILLES
Déjà le mois de mai, et la Commune n’a pas encore trouvé son rythme de croisière que l’aventure s’achemine vers un terrible dénouement. L’assaut des Versaillais ouvre plusieurs semaines de violences qui culminent lors de l’effroyable semaine sanglante.

L'HÉRITAGE DE LA COMMUNE DE PARIS
Déjà le mois de mai, et la Commune n’a pas encore trouvé son rythme de croisière que l’aventure s’achemine vers un terrible dénouement. L’assaut des Versaillais ouvre plusieurs semaines de violences qui culminent lors de l’effroyable semaine sanglante.

Si l’héritage révolutionnaire a façonné la France moderne, la terreur de la guerre civile y est toujours aussi vive. Voilà peut-être la raison du regard ambivalent porté sur la Commune, cet épisode aussi bref que marquant par lequel Paris proclama son autonomie et s’essaya à une expérience politique inédite. Née du traumatisme de la défaite face à la Prusse, l’aventure s’acheva dans l’horreur d’une véritable guerre civile, où les Français vaincus en vinrent à s’entretuer avec toute la violence inhérente à ces affrontements fraternels.

150 ans se sont écoulés depuis, et peut-être est-il temps de tirer quelques leçons de cette séquence tragique de notre histoire nationale. Celle-ci se voit minée par les rancoeurs et les non-dits, et il faut souvent plusieurs générations pour rétablir une fragile unité. Une autre leçon qu’on en tire est la nécessité d’un dialogue, même – et surtout – lorsque le pays traverse ses moments les plus sombres. C’est parce qu’elles ne savaient plus se parler que deux France en sont venues à se séparer, puis à s’affronter sauvagement. Enfin, on peut y voir une mise en garde contre toute approche manichéenne de l’histoire. Force est de constater qu’il n’y avait en présence ni « bon » ni « mauvais » camp : chacun, sûr de sa légitimité, ne voyait en l’autre que le porteur d’une violence irrationnelle. Tant chez les communards que chez les Versaillais, il ne manquait pourtant pas d’âmes nobles et héroïques pour vouloir éviter l’effusion de sang, pour appeler au dialogue. Est-ce la pression des extrémistes des deux bords qui a facilité la conclusion sanglante de cet épisode, ou doit-on juste y voir le signe que l’histoire, irrémédiablement tragique, peut faire des aspirations les plus nobles le terreau de la violence la plus abjecte ?
Aurélien Denizeau, rédacteur en chef.

Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :La Commune de Paris - La Marche de l'Histoire hors-série 26
Note

Les données personnelles recueillies vous concernant font l’objet d’un traitement effectué par Diverti Editions pour la finalité suivante : attribution d'une note - assortie d'un commentaire - à un produit. Les données sont conservées pendant toute la durée d'existence du produit dans le catalogue du site. Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de portabilité, d’effacement de vos données personnelles. Pour l’exercer, veuillez vous adresser à : Diverti Editions, 17, avenue du Cerisier Noir, 86530 Naintré ou contact@divertistore.fr. Politique de protection des données personnelles