Histoire
Autres vues

Les Mystères du Moyen Age numéro 33 - Les pèlerinages

Description rapide

Qui étaient les premiers pèlerins ? Comment choisir sa route ? Les conditions du voyage au moyen âge ? Les 7 œuvres de la miséricorde… Une enquête fouillée sur les pèlerinages de l'époque, de Rome, Jérusalem et Saint-Jacques de Compostelle.

10,90 €
En stock
Plus d'information
Pays de fabrication France
Référence 9463-HIB 33
Éditeur Diverti Editions
Description du produit

CHÂTEAUX MEDIEVAUX EN QUERCY ROUERGUE par Pascal Cazottes, auteur et historien.

En France, les châteaux datant du Moyen Age - qu’ils aient ou non subi des transformations à l’époque de la Renaissance - peuvent se compter par milliers, faisant assurément de notre beau pays le plus grand détenteur au monde de ces bâtisses hors du temps. Des édifices qui sont, avant tout, des lieux de mémoire... De nombreuses familles y ont vécu, de grands événements s’y sont parfois produits, de sorte qu’il n’est pas rare de retrouver le nom de plusieurs de ces demeures féodales dans l’Histoire de France. Dans ce qui va suivre, nous allons nous intéresser plus particulièrement à trois de ces châteaux, véritables « pépites » situées dans le Rouergue et le Quercy.

ACTUALITES : Ce tombeau de 1000 ans est-il celui d'un célèbre chef viking ? L'archéologue danois Bjarne Henning Nielsen, conservateur au musée Vesthimmerlands du nord du Jutland, a eu une idée tout à fait spéculative, mais assez ingénieuse, selon laquelle une tombe qu'il explore depuis 2009 pourrait appartenir au chef Viking Ulv Galiciefarer.

Un testament du XIIe siècle : un roi georgien à l'affiche pour la première fois
Le Musée Simon Janashia de Géorgie, à Tbilissi, a mis en évidence le seul fragment existant de la dernière volonté et du testament d'un Roi de Géorgie du XIIe siècle, David le Constructeur. L'exposition médiévale du Trésor de la Géorgie « met en valeur l'art chrétien géorgien qui reflète l'unité et la continuité des traditions culturelles, et constitue la base de l'État géorgien et de l'identité nationale ».

LA PAPESSE JEANNE : MYTHE OU REALITE ? Pierre Steiner, journaliste. Une femme, travestie en homme, aurait occupé le trône de Pierre en plein IXe siècle ! C’est ce qu’affirme une tradition largement répandue depuis le XIIe siècle et encore vivace de nos jours. Ce scandale qui ridiculisait l’Église, a longtemps secoué la Chrétienté et nombreux sont les « libres-penseurs » qui en rient encore. Ce pontificat exista-t-il réellement ? Certainement pas. La Papesse Jeanne n'est rien d'autre qu'une légende. L’histoire de la papesse dépasse l’anecdotique romanesque pour mettre en lumière un interdit fondamental de la tradition catholique : le refus du sacerdoce féminin. L’aventure de Jeanne comporte bien d’autres énigmes.

EN COUVERTURE : LES PELERINAGES AU MOYEN AGE par Bérangère Bienfait, auteure et historienne. Le culte de la Vierge, sous le vocable de laquelle on plaçait les cathédrales, était populaire au Moyen Âge, et l'on honorait aussi les saints personnages dont la vie et la mort sont entourées de circonstances miraculeuses : considérés comme des protecteurs, des intercesseurs, l'on attendait de chacun d’eux, surtout de celui dont on avait reçu le nom, des grâces particulières. Statues et images des saints étaient répandues avec profusion, non seulement dans les églises, mais aux portes des villes, aux enseignes des boutiques, sur les bannières des corporations, aux tours des châteaux, aux façades des habitations.

Les pèlerinages se développent au IIIe siècle sur les principaux lieux saints mentionnés dans les Évangiles et l'Ancien Testament. Les pèlerinages chrétiens au Moyen Âge sont le plus souvent des voyages solitaires ou en petits groupes (essentiellement des hommes) mêlant de nombreux commerçants, sur des routes muletières. C'est aussi le moment où les pèlerins sont progressivement encadrés (gîte et couvert) en raison des dangers qui guettent les voyageurs mais aussi pour éviter que certains ne s'en servent comme alibi pour rompre avec leur milieu d'origine. Le premier jubilé formellement organisé par la papauté fut celui décrété en 1300 par le pape Boniface VIII, invitant les chrétiens à se rendre à Rome pour bénéficier de l'indulgence plénière accordée auparavant aux Croisés, la perte du royaume de Jérusalem rendant difficile le pèlerinage à Jérusalem et développant fortement celui de Rome. À partir du XIVe siècle, le pèlerinage décline en raison du mouvement de devotio moderna qui privilégie le pèlerinage spirituel, intérieur, de l'insécurité des routes pendant la guerre de Cent Ans et des guerres de religion. À partir du XVIe siècle (époque où le protestantisme condamne les pèlerinages, prétexte au vagabondage, au loisir ou à l'idolâtrie et où les États qui se centralisent veulent contrôler le déplacement de personnes), le pèlerinage régional ou local, contrôlé par les clercs, est privilégié (« pèlerinage de recours » favorisé par les récits de miracles liés à des sanctuaires locaux, pèlerinage expiatoire et judiciaire). Il est temps d'en savoir plus sur ces phénomènes de dévotion médiévaux que furent les pélerinages. Bonne lecture ! 

Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :Les Mystères du Moyen Age numéro 33 - Les pèlerinages
Note