Histoire
Autres vues

Les Mystères du Moyen Age n°28 - La guerre de cent ans

Description rapide

La guerre de cent ans : les origines, les enjeux, les acteurs, les batailles

10,90 €
En stock
Plus d'information
Référence 8896-HIB 28
Éditeur Diverti Editions
Description du produit

REPORTAGE

CONQUES CITADELLE DE LA « FOY » Pascal Cazottes, auteur et historien. Dans le département de l’Aveyron, à une quarantaine de kilomètres au nord – nord-ouest de Rodez, se dressent, dans une vallée escarpée située au confluent des rivières Dourdou et Ouche, le village de Conques et sa célèbre abbatiale. Notons d’emblée que Conques ne porta pas toujours ce nom rappelant la coquille ou la conque, le site ayant été originairement désigné sous les termes de « Teulamen », « Teulière » ou « Tuilerie », sans doute en référence à ce schiste omniprésent qui servit notamment à la réalisation des toitures en lauze. Puis, l’image de la vallée finit par s’imposer dans l’appellation du lieu qui fut également baptisé des noms de « Vallis Lapidosa » ou « Combe Peyrouse », mots faisant allusion à une vallée rocheuse.

 LA GUERRE DE CENT ANS Bérangère Bienfait, auteure et historienne. Un très long conflit opposa de 1337 à 1453 la France et l’Angleterre. Leur rivalité était vive  depuis qu’en 1152, la Guyenne était devenue possession anglaise. Lorsque Charles IV en 1336, mourut sans héritier direct, la situation s'aggrava. En vain, son plus proche parent, Édouard III d'Angleterre, réclama-t-il la Couronne de France. La guerre, inévitable, allait durer plus d’un siècle, interrompue par de longues trêves.

Deux conceptions de la guerre se firent face : la noblesse française, imprégnée d'idéal chevaleresque, comptait sur les exploits individuels pour l'emporter.

 LA BATAILLE D’AZINCOURT (24-25 OCTOBRE 1415) Bérangère Bienfait, auteure et historienne. Le nouveau roi d'Angleterre, Henri V de Lancastre (1413 - 1422), souhaitait la guerre. Alors que des tractations étaient en cours pour sceller son mariage avec Catherine, fille du roi de France Charles VI (1380 - 1422), et pour rétrocéder la Guyenne aux Anglais, il multiplia les provocations. Affaibli, déchiré par des conflits intérieurs, le beau Royaume de France était devenu une proie facile. Aux horreurs de la guerre civile s’étaient ajoutées, à partir de 1412, puis surtout de 1415, celles de la guerre étrangère. Le 28 juillet 1415, Henri V envoya à la Cour de Charles VI, des émissaires porteurs d’un ultimatum. Sans même attendre une quelconque réponse, il rassembla son armée, déjà sur le pied de guerre, et  s’embarqua à Portsmouth, rompant ainsi la trêve en vigueur depuis 1396

LOUIS XI, MÉPRISABLE ET FOURBE, PEUT-ÊTRE … GRAND ROI CERTAINEMENT Jeannine Jeantet, historienne. A la mort de Charles VII, le 23 juillet 1461, les Grands  dans le Royaume se croient sauvés par l'avènement du Dauphin. N'a t-il pas été leur allié contre le roi son père, n'a-t-il pas toujours voulu le contraire de ce que ce  dernier voulait, jusqu'à entretenir des intelligences avec tous les mécontents de la Cour ? N'est-il pas, en ce moment même, depuis cinq ans, l'hôte, l'ami, le  compère du duc de Bourgogne, le plus puissant d'entre eux ?

Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :Les Mystères du Moyen Age n°28 - La guerre de cent ans
Note