Histoire
Autres vues

La Marche de l'Histoire n°19 - Espionnage, guerres secrètes

Description rapide

Des dossiers documentés sur les périodes et les personnages remarquables de l'Histoire : services secrets et guerre froide, le marquis de Ronquerolles, Jules César, le sexe dans la Rome Antique, Raspoutine, la bête du Gévaudan…

7,90 €
En stock
Plus d'information
Référence 9234-HI9 19
Éditeur Diverti Editions
Description du produit

Au sommaire :
Éclairage : La démographie historique
Actus : Antiquité
Actus : Moyen Âge
Actus : Histoire contemporaine
Exposition : Aventuriers des mers, De Sindbad à Marco Polo à l’Institut du Monde arabe
Actus : Musées - Expos
Qui était… Raspoutine ?
Antiquité : Rome, sexe dans la cité
Une journée pas comme les autres : 27 novembre 1095, Et Urbain II entra dans l’Histoire…
Secret d’histoire : La bête du Gévaudan
Moyen Âge : Les temps mérovingiens
5 choses à savoir… La loi de 1905
Drôle d’histoire : Et glousseurs de se maîtriser…
Le face à face : Jules César ou Vercingétorix ?
Histoire moderne : Le grand incendie de Londres
Idées reçues : La légende noire de Napoléon III est-elle justifiée ?
Les ratés de l’histoire : La crise de Suez
Grand dossier : Les guerres secrètes
Trésors de France :  L’abbaye de Fontevraud
Actu : Livres
Interview : David Alliot, Arletty, par delà le mythe
Actu : Le coin des bédéphiles
De quand ça date? La photographie
Histoires de nos régions : L’Île-de-France
Frédérick Gersal nous raconte : Jules César, il faut le prendre au mot

EDITO
La guerre a toujours été le centre des préoccupations de l’Homme, qu’elle soit le moyen de survivre, de se protéger, d’affirmer sa puissance ou le résultat d’un calcul politique, elle semble être l’une des caractéristiques de l’humanité. Le renseignement, quel qu’il soit, constitue une valeur ajoutée pour les belligérants. S’il ne fut pas systématiquement l’apanage d’espions dont c’est le métier, avec la professionnalisation des armées et les enjeux liés à la constitution des États-nations au xixe siècle, le renseignement se structure en service. L’infiltration, la désinformation, le sabotage, le renseignement vont prendre de plus en plus de place dans la façon de gérer les conflits. Le pays qui est en retard sur ce plan est potentiellement vaincu – tel sera le sort de l’Empire français lors de la guerre de 1870.
À l’occasion de l’exposition « Guerres secrètes » proposée par le musée de l’Armée aux Invalides, nous sommes revenus sur cette autre façon de faire la guerre, tout aussi meurtrière. Un dossier de Claude Toupin.
La dynastie mérovingienne est la première dynastie du royaume de France, elle va se structurer autour d’une figure de proue devenue un symbole, Clovis Ier. Qui étaient ces Francs ? Des barbares germaniques, des héritiers de la civilisation romaine ! Il semble que l’époque mérovingienne soit le fruit d’une lente ethnogenèse, faite de rencontres, de mariages et d’absorption réciproque. Retour sur la première dynastie du royaume de ce qui n’était pas encore la France, mais la Gaule. Un article de Philippe Ilial.
En fonction de ses lectures, l’amoureux de la Rome antique a le choix entre deux visions de la période, une vision dite « apollinienne », faite de marbre et d’austères débats sur la citoyenneté, ou, a contrario, une vision qualifiée de « dionysiaque », portant déjà en elle les germes de la lointaine décadence de Rome. Nous avons demandé au conservateur du Musée d’Histoire et d’Archéologie des Baux-de-Provence, Cyril Dumas, de nous éclairer sur la place de la sexualité dans la Rome antique.
La bête du Gévaudan fait aujourd’hui figure de légende « rurale » ; pourtant, derrière l’affaire de ces crimes commis par une présumée « bête maléfique » se cachent les prémices d’un combat entre une église arc-boutée sur ces prérogatives traditionnelles et une monarchie qui sait qu’elle va devoir composer avec l’inéluctable évolution des mentalités. Elle est le reflet d’un royaume de France coupé en deux, un monde urbain où se développe l’esprit critique et d’immenses zones rurales où s’impose encore un ordre ancien hérité du Moyen Âge. Une enquête de Vincent Willaime.
1666, Londres est en flamme, cette tragédie est révélatrice d’un urbanisme mal pensé voire même non pensé ; néanmoins il est également révélateur des profondes dissensions qui demeuraient, depuis le règne d’Henri VIII, entre anglicans et catholiques. Le bouc émissaire trouvé afin d’expliquer la tragédie, un papiste simple d’esprit, en dit long sur l’évolution des mentalités de l’époque. Un article de Umberto Vasco

Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :La Marche de l'Histoire n°19 - Espionnage, guerres secrètes
Note