Histoire
Autres vues

Compostelle, les chemins français - La Marche de l'Histoire hors-série 13

Description rapide

Découvrez les chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle : les différents itinéraires et les cartes de vos étapes, et les lieux symboliques chargés d'histoire. La voie de Tours, la voie de Vézelay, la voie du Puy-en-Velay, la voie d'Arles, et enfin la voie des Piémonts.

9,90 €
En stock
Plus d'information
Pays de fabrication France
Référence 9939-HI9 HS 13
Éditeur Diverti Editions
Description du produit

LA VOIE DE TOURS – VIA TURONENSIS
Débutant à Paris, au pied de la tour Saint-Jacques, la voie de Tours reste le plus symbolique et le plus connu des grands chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

FOCUS
Poitiers, un très vieil héritage chrétien
Blaye, une étape singulière
Les autres grands pèlerinages : Rome, Jérusalem

LA VOIE DE VÉZELAY – VIA LEMOVICENSIS
Partant de la célèbre « colline éternelle » de Vézelay, la via Lemovicensis est tout à la fois le cheminement le plus exaltant et l’itinéraire le plus rude du pèlerinage de Compostelle. Au gré de paysages vallonnés et champêtres, le cheminant découvrira de vieilles cités chargées d’histoire tout en traversant des étendues d’une pureté sauvage.

FOCUS :
Vézelay, au cœur du christianisme médiéval
Saint-Étienne de Bourges, cathédrale unique
Les Jacquets, artisans du succès de Compostelle

LA VOIE DU PUY-EN-VELAY – VIA PODIENSIS
La voie du Puy-en-Velay est la plus ancienne des très grandes routes menant à Saint-Jacques-de-Compostelle. Sa popularité auprès des pèlerins contemporains, elle la doit autant à la beauté des paysages traversés qu’à la richesse des patrimoines rencontrés. Passant des terres volcaniques du Velay aux plateaux ondulants de l’Aubrac, de la rude vallée du Lot aux charmants vallons aquitains, elle traverse un grand nombre de cités dont l’héritage monumental transmet une mémoire plusieurs fois millénaire.

FOCUS :
Cahors, une tradition deux fois millénaire
Moissac, un site inspiré
De la frontière à Compostelle, la garde des cathédrales
Une cathédrale autour d’une relique
Le pèlerinage, balisage et signalétique

LA VOIE D’ARLES – VIA TOLOSANA
La voie d’Arles présente cette singularité d’avoir été empruntée pour deux pèlerinages croisés : celui de Compostelle et celui de Rome, effectués par les fidèles venus de la péninsule ibérique ou d’Aquitaine. Discret et tourmenté, cet itinéraire se signale par la beauté de ses paysages, de la Provence aux Pyrénées, comme par la richesse patrimoniale des cités qu’il traverse.

FOCUS :
Arles la magnifique
Les « Coquillards »

LA VOIE DES PIÉMONTS
Particularisée par sa proximité immédiate avec les sommets pyrénéens et parfois identifiée en tant que « cinquième grande voie », la voie des Piémonts se signale par les variantes de son parcours, les pèlerins ayant le choix entre plusieurs « piémonts » pour se lancer à l’assaut des cols leur permettant de rejoindre l’Espagne. Souvent proche de la voie d’Arles, elle passe par de nombreux bourgs, aussi charmants que discrets, et par de sauvages panoramas, avant de rejoindre les autres grandes routes de Compostelle à Saint-Jean-Pied-de-Port.

FOCUS
Carcassonne, somme de la forteresse médiévale

EDITO
Bien au-delà des frontières de l’Espagne et de l’Europe, le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, millénaire mais immuablement renouvelé par le passage des siècles, conserve intact son pouvoir de fascination sur les millions de fidèles qui s’engagent chaque année sur ses chemins. Au point que nombre d’historiens s’interrogent sur les raisons qui poussent tant de foules à la quête du tombeau (« mémorial », dit-on désormais) de Jacques le Majeur, apôtre du Christ dont le corps aurait été miraculeusement retrouvé sur le lieu de l’actuel sanctuaire espagnol, en terre de Galice.

Dans les pages suivantes, le lecteur découvrira, avant tout, ces grandes routes qui, dans leur réjouissante diversité, irriguent le paysage spirituel du continent, plus particulièrement celui de la France pour des raisons géographiques et religieuses. Mais il se pénétrera aussi de la ferveur qui lance sur les voies de Compostelle ces millions de femmes et d’hommes mus par les sentiments les plus variés, du désir de pénitence à la volonté de solitude, du besoin de méditation au rêve de fraternité, du devoir de dévotion au simple plaisir du cheminement.

Sur ces voies, les surprises sont nombreuses, presque toujours heureuses. L’accueil des « cheminants » en premier lieu ; en dépit d’une professionnalisation de l’hospitalité, nombreux sont les foyers qui, ouvrant leurs portes aux pèlerins, leur assurent gîte et couvert. Ensuite, la richesse du patrimoine artistique élaboré au gré des âges : églises, abbayes, calvaires, stèles… Le renouvellement des paysages, enfin : c’est à pied que l’on prend le mieux conscience du génie local des provinces traversées, que l’on mesure la variété des panoramas multipliés à mesure que passent les jours. Aussi n’est-il pas surprenant que les chemins de Compostelle aient reçu, en 1987, le label de Premier itinéraire culturel par le Conseil de l’Europe, et que le légendaire Camino francés ait été inscrit sur la prestigieuse liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993.

 

Vous pourriez également être intéressé par le(s) produit(s) suivant(s)
Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :Compostelle, les chemins français - La Marche de l'Histoire hors-série 13
Note