Histoire
Autres vues

Histoire du Second Conflit Mondial n°36 - Spécial Guerre à l'Est

Description rapide

De l'opération Barbarossa à la victoire Soviétique, ce grand dossier s'intéresse à la guerre totale livrée à l'Est, de 1941 à l'été 1944. Et aussi : l'échec du maquis du Vercors, un portrait de l'énigmatique Rudolf Hess, et un focus sur les canons sur rail et les trains blindés.

8,90 €
En stock
Plus d'information
Référence 9462-HI2 36
Éditeur Diverti Editions
Description du produit

Au sommaire :
LES ACTUS "EN BREF" : Polémique en Autriche au sujet de la maison natale d’Hitler

INTERVIEW : DOMINIQUE LORMIER
QUINZE HISTOIRES INOUBLIABLES… Histoires extraordinaires de la seconde guerre mondiale

DOSSIER GUERRE TOTALE À L'EST : Les opérations militaires de 1941 à l’été 1944
OPÉRATION BARBAROSSA : CHOC DE TITANS A L’EST
LES ALLEMANDS REPRENNENT L’INITIATIVE
LES GRANDES OFFENSIVES SOVIÉTIQUES
LA LIBÉRATION DE LA MÈRE PATRIE

ENQUÊTE : L'ÉCHEC DU MAQUIS DU VERCORS - JUIN-JUILLET 1944
MATÉRIEL : CANONS SUR RAIL ET TRAINS BLINDÉS
PORTRAIT : L'ÉNIGMATIQUE RUDOLF HESS

ÉDITO :
En envahissant l’immense Empire Soviétique, Hitler met ses pas dans ceux de Napoléon et foule aux pieds le pacte germano-soviétique. Pourtant il accomplit de façon concrète les théories développées dans Mein Kampf ; il lutte contre le marxisme, combat les sous-hommes slaves (Untermenschen) et agrandit le Lebensraum (l’espace vital) allemand… Mais l’immensité de l’espace russe est son premier ennemi ; après un début rapide et victorieux, la Herr se retrouve aux prises avec un ennemi jusqu’alors invaincu, le « général Hiver » ; paralysant hommes et matériels sur un front à la fois trop large et trop profond, l’invincible armée allemande de la Blitzkrieg victorieuse des débuts du conflit allait connaître une guerre d’usure qui entraînera des modifications stratégiques importantes. Le besoin de sécuriser les arrières des troupes nécessite la création des Einsatzgruppen de sinistre mémoire. Pendant que les stratèges de la Wehrmacht tentaient d’endiguer la masse des assauts des Frontoviks, le Führer glissait peu à peu dans un déni de réalité que certains historiens nommèrent folie. La guerre à l’Est est aussi à l’origine de la création de nombreuses divisions de Waffen-SS selon des critères bien moins rigoureux que dans les premiers temps du régime… Retour sur un désastre annoncé. La Première Guerre mondiale vit l’utilisation massive des trains blindés, outil alors nouveau, rapide et sûr, à la fois pour le transport de troupes que pour la patrouille ou le déplacement du quartier général militaire. Mais la mécanisation de la guerre et l’apparition massive de l’aviation allaient rendre le train blindé rapidement obsolète. C’est encore une fois l’immensité de l’espace russe qui allait permettre aux trains blindés de connaître une seconde « jeunesse » afin de sécuriser des frontières à la fois immenses et souvent climatiquement hostiles… Dans le cadre de l’opération Overlord, dès le 1er juin 1944, à l’initiative du SOE, la BBC lance aux résistants de France l’ordre de déclencher, non seulement les actions de sabotage prévues par les plans alliés, mais aussi de passer immédiatement et sur tout le territoire à la guérilla généralisée. Rapidement, sur le Vercors, entre Isère et Drôme, comme sur l’ensemble de la France, des milliers de volontaires affluent vers les maquis. Le manque de soutien allié, en hommes, armes et matériels, condamne les maquisards à un terrible échec. Rudolf Hess, ami, homme de confiance et secrétaire du Führer, numéro trois du parti nazi, ce soldat qui fit une guerre courageuse dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, compagnon des premiers temps, ce fidèle parmi les fidèles finit par trahir son mentor en s’envolant pour l’Angleterre. Retour sur l’un des dignitaires du Troisième Reich sans doute le plus étrange…
Bonne Lecture, Claude Toupin et Philippe Ilial.

Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :Histoire du Second Conflit Mondial n°36 - Spécial Guerre à l'Est
Note