Histoire
Autres vues

Histoire du Second Conflit Mondial n°33 - Collaboration et Résistance

Description rapide

Dossier spécial : Collaboration et résistance, les années noires de la France

9,90 €
En stock
Plus d'information
Référence 9110-HI2 33
Éditeur Diverti Editions
Description du produit

LES ACTUS "EN BREF"
P.6 HÉCATOMBE CHEZ LES ANCIENS NAZIS

INTERVIEW
PIERRE LUNEL : VOYAGE DANS LE MONDE DES NAZIS FASCINÉS PAR L’OCCULTE

DOSSIER
- LA FRANCE DE 1940 À 1945, ENTRE COLLABORATION ET RÉSISTANCE
- LE MAINTIEN DE L'ORDRE EN FRANCE OCCUPÉE 1940-1944
- LES FRANÇAISES DANS LA RÉSISTANCE, AUX ARMES CITOYENNES !

BATAILLE
CRETE : LE TOMBEAU DES DIABLES VERTS DE LA LUFTWAFFE

PORTRAIT
HANNA REITSCH, UNE FEMMME PILOTE D'ÉLITE

MATERIEL
LE JU-87 ALIAS STUKA



EDITO
« […] Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l’ennemi. Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd’hui. Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! […] Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l’Empire  Britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l’Angleterre, utiliser sans limites l’immense industrie des États-Unis. Cette guerre n’est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes  es fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n’empêchent pas qu’il y a, dans l’univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd’hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.
Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j’invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d’armement qui se trouvent en territoire  britannique ou qui viendraient à s’y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. Demain, comme aujourd’hui, je parlerai à la Radio de Londres. » L’Appel du 18 juin est sans conteste l’acte de naissance de la  Résistance française au sens organisationnel ; de fait, de nombreux Français avaient refusé de vivre sous le joug de l’occupant. Avec cet appel de Gaulle s’impose à la fois comme l’espoir et le chef de la France dite « libre ». Volonté qui se concrétisera avec l’action de Jean Moulin et des MUR (mouvements unis de résistance). Si la France de Vichy est celle de la Collaboration, c’est aussi celle de ceux qui vont plus loin que la simple collaboration, en effet, dans le sillage du maréchal, des intellectuels, des déclassés, des politiques de tout bord se livreront une guerre secrète acharnée afin d’entrer dans les  bonnes grâces des nazis qu’ils pensaient être là à demeure ou qui pouvaient être perçu comme le dernier rempart face au bolchévisme. C’est à une plongée dans l’univers à la fois trouble et glorieux fait des turpitudes de la Collaboration et de la bravoure de la Résistance que nos vous convions dans le présent numéro. Une époque complexe dont la France semble ne s’être toujours pas remise. Bonne Lecture Claude Toupin & Philippe Ilial

Vous pourriez également être intéressé par le(s) produit(s) suivant(s)
Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :Histoire du Second Conflit Mondial n°33 - Collaboration et Résistance
Note