Histoire
Autres vues

Egypte Ancienne n°22 - Rome et l'Egypte

Description rapide

A la découverte des monuments égyptiens conservés hors d'Egypte, des liens entre la Rome antique et l'Egypte, et un portrait sensible de Christiane Desroches Noblecourt (1913-2011), la grande dame du Nil

8,90 €
En stock
Plus d'information
Référence 9235-HI1 22
Éditeur Diverti Editions
Description du produit

Les actus en bref
Réouverture des tombes de Sethy Ier et de Néfertari
Les nouvelles de l’archéologie
L’ère des géants : une description détaillée des grandes pyramides d’Égypte
Une interview de Franck Monnier

DOSSIER : Rome et l’Égypte
Rome, de la cité-État à l’Empire
L’Égypte lagide et Rome : liaisons dangereuses
L’Égypte, propriété personnelle de l’empereur

Christiane Desroches Noblecourt (1913-2011), la grande dame du Nil par Vincent Willaime et Alain Desroches Noblecourt.
Son portrait vu par Amandine Marshall
Les premiers pas du monde dans la mythologie égyptienne par Élisabeth Torrès
Monuments Égyptiens hors d’Égypte par William Cevennit

EDITO
Christiane Desroches Noblecourt disparaissait il y a cinq ans, presque au même moment où notre revue naissait : nous rapportions sa disparition dans le n° 2. Première grande égyptologue française, elle a occupé le devant de la scène pendant quasiment toute la seconde moitié du XXe siècle. Si sa plus grande contribution est incontestablement la spectaculaire opération de sauvetage des temples de Nubie, menacés par la montée des eaux du lac Nasser, opération où elle a démontré une énergie admirable, elle a aussi beaucoup oeuvré pour faire découvrir et aimer l’égyptologie au grand public. Aussi, il était temps de lui rendre hommage en publiant une brève biographie d’une très longue vie consacrée à l’Égypte, mais qui a été si riche en actions, publications, distinctions et honneurs qu’il est impossible de tout relater ici. Il nous faut remercier son fils, Alain Desroches Noblecourt, qui est une mine quasiment inépuisable d’informations et d’anecdotes au sujet de son illustre mère. Dans ce numéro, nous retrouvons avec plaisir Amandine Marshall, que nous avons interrogée au sujet de Christiane Desroches Noblecourt : comment une jeune égyptologue française du XXIe siècle voit « la grande dame » de l’égyptologie française du XXe siècle. Quitte à recadrer un peu certaines choses.
Saviez-vous qu’il existe des monuments égyptiens bien loin de l’Égypte : Espagne, Italie, Pays-Bas et même les États-Unis d’Amérique ? Non, les anciens Égyptiens ne sont pas allés jusque là, mais des temples ont été donnés à certains pays qui ont participé à la grande opération de sauvetage des monuments de Nubie que nous avons évoquée à propos de Christiane Desroches Noblecourt. Ils ont été démontés, emportés et remontés dans leur nouveau pays où ils constituent une attraction particulièrement exotique. Nos villes se sont parfois parées d’obélisques égyptiens et cette mode ne date pas du XIXe siècle : les Romains les appréciaient beaucoup et en on fait transporter une bonne vingtaine à Rome et en Italie quand ils étaient les maîtres de l’Égypte. C’est une période qu’on a d’ailleurs un peu tendance à oublier, les égyptophiles étant généralement plus intéressés par la période pharaonique. Pourtant, l’Égypte gréco-romaine, la dernière grande phase de l’Égypte antique, couvre la bagatelle d’un millénaire d’histoire. Mais il est vrai que l’Égypte n’est plus autonome politiquement : les Grecs d’abord, puis les Romains ont fait basculer le centre du monde. Quand Rome et l’Égypte ont commencé à avoir des échanges, la première était à l’aube de son histoire et la seconde était déjà dans son crépuscule. L’Égypte que Rome a connue, puis conquise, était une Égypte déjà « édulcorée », celle des Ptolémées, mais encore indépendante. Alors que la cité-État italienne devient une grande puissance impériale, l’Égypte des Ptolémées s’enfonce dans la décadence et le déclin. Pourtant, l’Égypte était tellement indispensable à Rome qu’après la conquête, l’empereur en fera sa propriété personnelle.

Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :Egypte Ancienne n°22 - Rome et l'Egypte
Note