Histoire
Autres vues

5000 ans d'Histoire Mystérieuse n°33 - Guerres nucléaires dans l'antiquité, les preuves existent

Description rapide

Si incroyable que cela paraisse, on a découvert en Inde des éléments tendant à prouver que certaines cités furent détruites par des explosions atomiques. Quand les fouilles de Mohenjo-Daro et Harappa parvinrent au niveau des rues, des squelettes éparpillés apparurent, souvent mains jointes et affalés dans les rues, comme frappés par une tragédie atroce et instantanée. Insistons : ces hommes gisaient simplement dans les rues, sans sépulture…

9,00 €
En stock
Plus d'information
Pays de fabrication France
Référence 9411-HI4 33
Éditeur Diverti Editions
Description du produit

Si incroyable que cela paraisse, on a découvert en Inde des éléments tendant à prouver que certaines cités furent détruites par des explosions atomiques. Quand les fouilles de Mohenjo-Daro et Harappa parvinrent au niveau des rues, des squelettes éparpillés apparurent, souvent mains jointes et affalés dans les rues, comme frappés par une tragédie atroce et instantanée. Insistons : ces hommes gisaient simplement dans les rues, sans sépulture. Or, ces squelettes sont âgés – au dire même des archéologues les plus prudents – de milliers d’années ! Comment expliquer cela ? Pourquoi ces corps n’ont-ils ni pourri ni été dévorés par des animaux ? D’où vient qu’ils ne présentent aucune trace de mort violente ? Ces squelettes sont parmi les plus radioactifs jamais trouvés, à égalité avec ceux de Nagasaki et d’Hiroshima. Des chercheurs russes ont notamment découvert un squelette présentant un taux de radioactivité cinquante fois supérieur à la normale. L’archéologue russe A. Gorbovsky a fait état dans Riddles of Ancient History (1966) du haut niveau d’irradiation présenté par les squelettes. Des milliers d’objets fondus – baptisés « pierres noires » – ont également été trouvés à Mohenjo-Daro, qui semblent être des fragments de récipients en terre soudés par une chaleur extrême. D’autres cités découvertes dans le nord de l’Inde présentent des signes d’explosions de grande ampleur. L’une de ces cités, située entre le Gange et les collines de Rajmahal, semble avoir été soumise à une chaleur intense. D’énormes masses de murailles et de fondations se sont fondues ensemble, littéralement vitrifiées. Comme il n’existe pas le moindre signe d’éruption volcanique à Mohenjo-Daro ni dans les autres cités, la seule explication possible d’une chaleur capable de fondre des récipients de terre est une explosion atomique ou quelque autre arme inconnue. Le Cachemire porte lui aussi des stigmates de ce conflit titanesque. Les ruines massives du temple de Parshapour, en bordure de Srinagar, présentent le spectacle d’une destruction totale et l’on jurerait qu’une explosion a soufflé les énormes blocs de pierre qu’on voit dispersés alentour sur une vaste superficie. Est-ce le résultat de ces armes prodigieuses qui faisaient l’atrocité des batailles décrites par le Mahabharata ? Les hommes de l’Antiquité maîtrisaient-ils une technologie de pointe dont nous avons perdu la trace ? Il est temps d’en savoir un peu plus sur cette fantastique énigme.  

Au sommaire :
ACTUALITÉS

UNE ARMURE DE HARNAIS CELTIQUE CONVERTIE EN BROCHE VIKING

UNE ANCIENNE CITÉ INCONNUE RETROUVÉE EN GRÈCE

UN CIMETIÈRE ANIMALIER D’ÉPOQUE ROMAINE TROUVÉ EN ÉGYPTE

EN COUVERTURE :
Y-A-T-IL EU DES GUERRES NUCLÉAIRES DANS L’ANTIQUITÉ ?

LES SECRETS « DÉVOILÉS » DES CATHARES

LA DESTRUCTION DE SODOME ET GOMORRHE

Vous pourriez également être intéressé par le(s) produit(s) suivant(s)
Avis
Rédigez votre propre commentaire
Ajouter votre commentaire :5000 ans d'Histoire Mystérieuse n°33 - Guerres nucléaires dans l'antiquité, les preuves existent
Note